Le retour des oiseaux…

Le 18 mars, avec la plasticienne Carolina Fonseca et la chorégraphe Emilie Borgo ont a démarré la fin de notre cycle autour des oiseaux avec les tout petits du RAM « Les lucioles ».
Un projet toute petite enfance qui continuera jusqu’au mois de juin en compagnie de la crèche « Les ptits loups » et l’école maternelle « Les Rocandolles » de Fresnes-en-Woëvre.

Où sont les cosmonautes ?

Toute la semaine du 8 mars dernier, toute l’équipe de Vu d’un Oeuf et les artistes Benoît Carpentier (plasticien) et Pascale Gille (chorégraphe) se sont retrouvés à l’école primaire de Belleville-sur-Meuse pour un premier rendez-vous avec les élèves autour de la thématique de l’espace.
Un vrai moment de partage autour de la danse et des arts plastiques, où tous ont pu s’entrainer au décollage dans l’espace qui aura lieu la semaine du 12 avril prochain…

L’ORIGINE D’OSMONDE

Une coproduction Vu D’un Oeuf et CCR Ambronay.

Compagnie Passaros

Une création 2021 pour jeune public
Danse / Musique / Poésie sonore
(6 mois-6 ans)
Compagnie Passaros, coproduction Vu D’un Oeuf et CCR Ambronay.

« Une petite fougère germe et se déploie, pendant qu’un petit humain se fabrique. Ils évoluent ensemble, jouent, s’enroulent et dialoguent aux sons de la harpe et de la nature. Un univers poétique, ludique et sensoriel se déplie… »

Émilie Borgo, conception, chorégraphie et interprétation
Mélanie Virot, création musicale et interprétation (harpe)
Claude Husson, régie et création lumière
Emmanuelle Pellegrini, création textes et poésie sonore (pour la version 3-6 ans)

Lancement de l’atelier Fanzine – 2021

Le 19 février dernier c’était le lancement d’ IL FAIT BEAU la nouvelle revue des adultes en situation de handicap du foyer de Glorieux à Verdun.
Le principe est simple chaque mois, un rendez-vous art plastiques et écriture seront à l’origine d’un numéro.
Au vu des résultats de ce premier rendez-vous, on a hâte de voir la revue mise en page !

Les projets fédérateurs 2020…

Les gros maux : un atelier danse et arts plastiques autour du harcèlement en milieu scolaire. Avec les 4èmes du Collège Louis Pergaud à Fresnes-en-Woëvre.
Artistes : Nicolas Lanier (Chorégraphe), Quentin Préaud (Plasticien, Typographe)

La violence et l’incivilité, de même que le harcèlement scolaire sont des thèmes récurrents à l’école et plus particulièrement au collège et lycée. Si beaucoup d’actions sont menées à bien pour contrer les violences verbales et physiques, la problématique reste encore brûlante.
C’est donc dans l’optique de partir d’eux pour comprendre et communiquer, aller vers les autres avec leur propre langage, leurs propres mots et maux quotidiens.
Par le biais de travaux artistiques fédérateurs au sein de l’établissement, il s’agira de les faire s’exprimer par le son, le corps et l’écriture. Le travail de la danse improvisée est une porte pour convoquer tout ce qui fait notre identité, pour aller à sa rencontre, pour lui permettre de s’exprimer, mais également lui permettre de se vivre dans l’instant c’est-à-dire avec et dans notre environnement.

Nicolas Lanier / Chorégraphe
Nous sommes tout entier dans notre corps, avec nos os, nos organes, nos poils, notre sang, nos boutons, nos cerveaux, nos humeurs, etc… Nous sommes un monde en soi, pas fini et infini, une histoire, côtoyant d’autres mondes, d’autres histoires, des environnements. Mettre ces mondes en mouvement, ensemble, avec ce qu’ils contiennent, pour laisser résonner ceux qui l’habitent, et leur réseaux complexes de passerelles : se faire et se défaire.

Laisser apparaître leurs besoins, leurs hésitations, leurs démarches propres, leurs mots, leurs maladresses, leurs envies, leurs curiosités, leurs habilités, leurs énergies, leurs maux, respecter leurs limites, entre-ouvrir des portes. Observer ce qui nous anime au contact des environnements, spatial, sonore, humain, prendre goût à l’expérience, trouver de la confiance, de l’estime.
S’agit-il d’inventer ? S’inventer ? Accueillir ? S’accueillir ? Se permettre de dire, se laisser raconter sa porosité au contact de ce qui stimule ou agresse.
Avec son langage, c’est-à-dire son corps physique, sa voix, ses postures, ses démarches, sa présence, ses absences… La violence s’immisce parfois dans ces mondes en mouvement, nous bouge de l’intérieur, potentiellement y stagne. Nous nous demanderons quels mots, quelle présence du corps pour que notre intelligence (celle du corps et de la tête), notre sensibilité puisse le vivre bénéfiquement, le mettre en circulation avec ce que nous sommes, dans l’instant ?

Quentin Préaud / Plasticien-Typographe
« Demandez à un typographe ce qu’il pense de la violence et il vous dira probablement que c’est un mot de 8 lettres.
Et aussi que, comme tous les autres, il y a une histoire, des racines. Mais qui l’a inventé, fabriqué, écrit, pensé ? Et quand ?
Et pourquoi ? Et où ? Et si on réinventait les origines ?
Y réfléchir et en tirer des histoires, comme dit l’autre, ça peut pas faire de mal. »

Un défilé d’oiseaux : un atelier danse et son autour sur le thème des oiseaux. Avec les CP et maternelles des écoles de Thillot-Hannonville.
Artistes : Emilie Borgo (Chorégraphe), Xavier Saiki (Musicien, Artiste sonore)

Emilie Borgo / choregraphe

Avec l’improvisation comme outil, il s’est agit ici de se mettre en mouvement en lien avec l’environnement. Pour travailler en lien avec moi et les autres, moi et mon environnement mais aussi observer les oiseaux, leurs mouvements, leurs flux migratoires, leurs vols, leurs chants, leurs couleurs.Écouter les mythes des oiseaux légendaires, installer des cabanes et déposer des graines en hiver.Jouer à danser comme les oiseaux, fabriquer des nids géants dans lesquels se lover, enregistrer les chants au sortir de l’hiver.

Xavier Saïki / Musicien, plasticien sonore

Dehors, les oiseaux c’est comme un orchestre.
Chacun à sa place existe et fait partie d’une grande partition improvisée.
Nous partirons à la rencontre des oiseaux, de leurs habitudes de leurs chants, pour inventer une ballade en mouvements et sons.

Nous avons fait comme eux :

Transporter des branches

Bruisser des feuilles

S’exprimer en chantant sans mots

Nous inventerons des orchestres d’objets.

On enregistrera des mots, des sons.

Des noms d’oiseaux : un atelier arts plastiques et son autour sur le thème des oiseaux. Avec les CE1 et CM2 de l’école de Fresnes-en-Woëvre.
Artistes : Eric Delacroix (Plasticien, Sculpteur), Xavier Saiki (Musicien, Artiste sonore)
Retrouvez leurs incroyables créations sur BANDCAMP !

Eric Delacroix / Plasticien

Pour moi, les oiseaux sont d’abord synonymes de liberté. Ensuite : dans mon jardin, des rouge-queue ont élu domicile, et il paraît qu’ils vont passer leur vie là, il y a aussi des oiseaux qui font un palais constellé de fleurs pour attirer les femelles au moment de la saison des amours, certains vivent et chantent la nuit… C’est ça ce qui me plaît aussi chez les oiseaux car ils ont chacun une façon bien différente de vivre et une grande intelligence ! Ils sont passionnants pour un plasticiens dans la variété de leurs formes, de couleurs et sont très inspirants. Leurs capacités à se déplacer, la variété de leurs chants : tout cela est un immense patrimoine à découvrir pour les petits (et les grands), un patrimoine qui est au cœur de notre quotidien. Il faut aussi les protéger et c’est comme ça que je vois mon intervention auprès des plus jeunes.

Pour la composition  avec Xavier Saïki

Nous avons utilisé différents matériaux sonores pour la composition.

* Paroles – textes de présentations sur les oiseaux.

* Chants d’oiseaux / Paysage sonore

Écoute et enregistrement.

* Objets / bruitages // Ateliers d’objets sonores.

Nous avons utilisé des objets plus ou moins quotidiens, nous les avons détournés afin d’utiliser leur capacités à produire du son.

Ces trois médiums nous ont permis de fabriquer par du montage informatique une série de compositions pour les six sculptures réalisées avec Eric.

Histoires de Caméléons : un atelier danse et mouvement autour de la marionnette. Avec les maternelles de l’école Jules Ferry à Verdun.
Artiste : Bérengère Altieri-Leca (Danseuse, chorégraphe, comédienne)

Vous avez été nombreux à nous écrire suite à l’annulation de la 26ème édition, nous tenions à vous rendre hommage en les compilant dans ce petit document.
Merci encore !

FESTIVAL DENSITÉS, La triste nouvelle…

La préfecture a décidé et nous n’y pouvons rien.
Juste aux portes de notre 26° voyage voilà le festival Densités échoué.

Laissant sur le rivage 40 artistes, une restauratrice et 7 techniciens dans l’incapacité de faire à nouveau résonner l’espace.
Laissant une équipe de 3 plasticiens privés de leurs pinceaux.
Laissant 2 permanents et 1 service civique privés de leur travail.
Laissant 1 Présidente, 1 Conseil d’Administration et plus de 30 bénévoles sans autre solution que l’impuissance.

Et toute l’économie locale sur le carreau : les maraîchers, brasseurs et viticulteurs bio, le boucher, le loueur de matériel, les gîtes et Hôtels réservés pour les artistes et par le public, la Vida Locale et le Café Chez Monique à Fresnes …
Et le public bien sûr encore privé d’une occasion de goûter l’art, la beauté, le plaisir d’être ensemble. Les mots nous manquent.

Cette année, le festival devait accueillir :
Hysterrae : Cinzia Marzo, Silvia Gallone, Irene Lungo & Shadi Fathi / KrCi : Loris Binot & Emilie Skriejl invitent Le Quan Ninh / Couac : Heddy Boubaker & Sébastien Lespinasse / Satellites : Patricia Bosshard , Jasmine Morand & Dragos Tara / Osoresan (Mount of Fear) : Natacha Nisic / Little Tighter : Claire Bergerault & Fred Jouanlong / L’autour aux points du jour : Noorg (Loic Guénin, Eric Brochard) / Solo : Anthony Pateras / Trio : Sophie Agnel, Joke Lanz, Michael Vatcher / Solo : Will Guthrie / Dustbreeders : Yves Botz, Thierry Delles, Michel Henritzi, Visibles / Invisibles : Emilie Borgo, Xavier Saïki / Duo : Terrie Hessels, Andy Moor / Duo : Pascal Marzan, Pascale Gille / Tumult : Arnaud Rivière, Mario De Vega / Los Amargados : Petr Vrba, George Cremaschi / We use cookies & al : Simon Henocq, Romain Al. Exposition « Bonne nouvelle » : Marie Bouchacourt, Benoit Carpentier et Sarah D’Haeyer / « Fougères sensibles » relaxation (E. Borgo, L. Lenhard) / l’hôtesse ou bergère : HélèneA…

Présentation
Chercheur, le festival Densités a pour caractéristique d’être à l’affut des tendances les plus actuelles de la création d’aujourd’hui. Le souci de la direction artistique est donc de proposer des découvertes du monde entier, d’ouvrir un espace pour les plus jeunes artistes de la scène française et internationale, de découvrir chaque année l’œuvre d’un compositeur de musique électroacoustique, et de mettre un accent sur l’interdisciplinarité, les performances, la poésie. Cette programmation dense d’environ 20 spectacles sur trois jours prend aussi en compte la situation en territoire rural en proposant un accueil et une convivialité non feintes, pour bénéficier aux gens venus de loin, comme au public local.

rue