Ici et ailleurs : des gestes et des liens

Une collaboration avec l’EHD « Pôle réfugiés », Habitat et humanisme à Autun
avec les artistes danseuses et chorégraphes : Émilie Borgo et Tania Lavin


L’association Vu D’un Oeuf a imaginé un projet avec EHD (Entreprendre pour Humaniser la dépendance) et son « Pôle réfugiés » à Autun. En lien étroit avec des psychologues, deux artistes tentent d’ouvrir des espaces d’expressions pour des mères et enfants Yezidis rescapés du génocide de 2014 en Irak.

Les chorégraphes Émilie Borgo et Tania Lavin proposent ici une danse en partage, des moments intenses, un parcours complexe ?

Quelques bribes des rencontres
« Un plaisir fou des enfants à travailler sur les cabanes, les limites, les contenants. De belles rencontres avec les mamans. Sentir la frontière hommes / femmes si présente dès l’enfance. Rencontrer de belles âmes, découvrir une religion, ses pratiques et symboliques. Danser et saluer le soleil et la terre. Apprendre à dire vie et mort, tout change. Tous les maris sont morts. Nouer un tissus et faire des voeux. Danser merci avec les mains. Découvrir ces tracés sur les mains et les visages, tatouages. Se sentir parfois désemparées face aux difficultés à se comprendre, se demander par où passer. Danser en cercle. Partager des instants de vie tout simplement ».

Qui sont les Yezidis ?
En Août 2014, les régions du nord de l’Irak doivent faire face aux réalités des assassinats massifs commis commis par l’organisation Daesh. De cette période, les familles de la communauté Yézidie en ressortent déchirées : pères assassinés, filles esclaves, frères disparus…

Une collaboration avec l’EHD « Pôle réfugiés », Habitat et humanisme à Autun
avec les artistes danseuses et chorégraphes : Émilie Borgo et Tania Lavin


L’association Vu D’un Oeuf a imaginé un projet avec EHD (Entreprendre pour Humaniser la dépendance) et son « Pôle réfugiés » à Autun. En lien étroit avec des psychologues, deux artistes tentent d’ouvrir des espaces d’expressions pour des mères et enfants Yezidis rescapés du génocide de 2014 en Irak.

Les chorégraphes Émilie Borgo et Tania Lavin proposent ici une danse en partage, des moments intenses, un parcours complexe ?

Quelques bribes des rencontres
« Un plaisir fou des enfants à travailler sur les cabanes, les limites, les contenants. De belles rencontres avec les mamans. Sentir la frontière hommes / femmes si présente dès l’enfance. Rencontrer de belles âmes, découvrir une religion, ses pratiques et symboliques. Danser et saluer le soleil et la terre. Apprendre à dire vie et mort, tout change. Tous les maris sont morts. Nouer un tissus et faire des voeux. Danser merci avec les mains. Découvrir ces tracés sur les mains et les visages, tatouages. Se sentir parfois désemparées face aux difficultés à se comprendre, se demander par où passer. Danser en cercle. Partager des instants de vie tout simplement ».

Qui sont les Yezidis ?
En Août 2014, les régions du nord de l’Irak doivent faire face aux réalités des assassinats massifs commis commis par l’organisation Daesh. De cette période, les familles de la communauté Yézidie en ressortent déchirées : pères assassinés, filles esclaves, frères disparus…